ringier home icon

Pourquoi se Lancer Dans Le Digital? Entretien Avec Basile Niane

Pourquoi se Lancer Dans Le Digital? Entretien Avec Basile Niane

Le blogging, le community management et autres métiers du digital ont fait leurs apparitions depuis quelques temps au sein des entreprises sénégalaises. Ces métiers qui, de base, sont faits par passion sont de plus en plus prisés. En effet, pour beaucoup, bloguer c’est l’opportunité de s’ouvrir au monde, de partager avec sa communauté les idées, positions et opinions qui leur viennent à l’esprit… Ou simplement, le fait de vivre une aventure littéraire. Au Sénégal, on ne peut pas parler de blogging et de Nouvelles Technologie de l’Information sans parler de Basile Niane! Précurseur dans le domaine digital, nous avons voulu revenir avec lui sur son parcours, son avis sur le secteur digital et sur ses conseils à l’endroit  de la future génération qui voudrait se lancer dans ce domaine.

Bonjour Basile, c’est un vrai plaisir de vous compter parmis nos invités sur le blog d’Expat-Dakar. Pouvez vous nous parlez de vous et de votre parcours?

Je suis Basile Niane, CEO de Socialnetlink. Après m’être inscrit en fac de langue, je me suis rendu compte que ce domaine n’était pas fait pour moi. Ayant déjà commencé une formation de journalisme à l’ISEG, ainsi que des stages à la radio, j’ai décidé de me lancer complètement dans le monde du digital. J’ai fais beaucoup de  formations en ligne avec Google, Facebook .

J’ai commencé à travailler à 2STV, à la RTS1 avant d’être recruté par SeneWeb.  J’étais en charge du contenu au niveau de la plateforme blog de Seneweb.

Je suis à l’origine de la création du site internet “SocialNetLink.org”, avec pour ambition de devenir le leader de l’actualité technologique et digital au Sénégal, avec l’ambition de faire bien des émules en Afrique. Je suis un pure produit sénégalais et je suis également la preuve que tout le monde peut réussir sans aller à l’étranger.

Vous êtes une personne très connue dans le monde du blogging au Sénégal. Pouvez-vous nous expliquer comment votre aventure a commencé?

Ce qui se passe entre le digital et moi est une longue histoire d’amour. Pour résumer, je dirai que j’ai débuté le blogging vers les années 2004. J’étais un peu précurseur sur le blogging sénégalais car à cette époque, il n’y avait pas encore  beaucoup de blogueurs. Avec l’évolution de la technique, je me suis intéressé à la recherche sur internet. Au fur et à mesure, l’envie de découvrir d’autres perspectives naissait en moi surtout avec l’apparition des nouveaux gadgets technologiques. C’est  ainsi que j’ai commencé à bloguer, partager ma passion.

Avec le blogging, j’ai pu construire mon réseau, voyager partout dans​ ​le​ ​monde,​ ​travailler​ ​avec​ ​plusieurs​ ​marques​ ​et​ ​lancer​ ​ma start- up. Mon objectif en commençant,  était d’être le meilleur blogueur TIC au Sénégal. C’est grâce à cette conviction que j’avais créé le premier blog des TIC sénégalais (Sénégalmedias) devenu​ ​aujourd’hui​ ​​Socialnetlink. Cette nouvelle plateforme que j’ai lancée avec d’autres associés est née d’un constat : à cette époque-là, au Sénégal, sur plus de 150 sites web répertoriés très peu parlaient des nouvelles techniques de communication. C’est alors que nous nous sommes dit qu’il serait dommage de ne pas avoir une plate-forme qui relaie les actualités qui touchent la technique en temps réel. Ainsi le projet Socialnetlink regroupant des blogueurs et journalistes spécialistes en TIC, veut combler ce vide​ ​technologique​ ​afin​ ​de​ ​promouvoir​ ​le​ ​contenu​ ​local.

Pour moi, l’aventure n’est pas fini! En effet, je désire étendre mes connaissances à l’international. Avec quelques-uns de mes partenaires, nous prévoyons de lancer une plate-forme dans d’autres pays d’Afrique.

Comment avez vous réussi à vous démarquer des autres blogs et quels sont les défis quotidiens du blogging?

Les articles qui sont écrits pas les blogueurs répondent à des critères de SEO très strictes. Il est important pour nous de ne pas faire du copier-coller d’autres articles. Nous cherchons avant tout à écrire des articles originaux et pertinents.

​On​ ​voit​ ​de​ ​plus​ ​en​ ​plus de​ ​jeunes​ ​qui​ ​s’intéresse​ ​à​ ​ce domaine​ ​et qui​ ​en​ ​ont​ ​fait​ ​leur​ ​métier​ ​à​ ​temps​ ​plein. Grâce​ ​au​ ​blogging et aux réseaux sociaux​ ​beaucoup​ ​d’internautes​ ​gagnent​ ​leur​ ​vie,​ ​d’où​ ​l’apparition de​ ​nouveaux​ ​métiers​ ​comme​ ​le​ ​Community​ ​Management ou​ ​le​ ​Social​ ​Media Management par exemple. Cependant,​ ​malgré​ ​cette​ ​floraison​ ​de​ ​blogueurs,​ ​il​ ​faut​ ​souligner​  le​ ​manque​ ​de contenus​ ​de​ ​bonne​ ​qualité​ ​au​ ​niveau​ ​local.

En tant que témoin privilégié de la digitalisation, quelles sont les opportunités que les médias sociaux et le social data ont apporté aux entreprises ?

Internet est un outil intéressant qui “casse” les frontières. Comme vous avez pu le constater, il permet aux personnes de s’exprimer, d’échanger, de faire un business… Je​ ​pense​ ​que​ ​le​ ​Sénégal​ ​est​ ​en​ ​train​ ​de​ ​mener​ ​un​ ​travail​ ​extraordinaire​ ​dans​ ​le domaine​ ​des​ ​Technologies de l’information et de la communication.​ ​L’envie​ ​de​ ​là​ ​nouvelle​ ​génération​ ​qui​ ​pense​ ​souvent​ ​à​ ​l’auto-emploi​ ​est​ ​très​ ​forte.

L’entrepreneuriat​ ​prend​ ​de​ ​l’envol​ dans notre pays. Cependant,​ ​il existe quand même une​ ​lenteur​ ​dans​ ​le​ ​soutien​ ​des jeunes​ ​entrepreneurs​ ​qui​ ​peinent​ ​souvent​ ​à​ ​s’en​ ​sortir. Je​ ​crois​ ​qu’il​ ​y​ ​a​ ​encore​ ​un​ ​gros​ ​travail​ ​à​ ​faire​ ​dans​ ​la ​politique​ ​de​ ​l’État​ ​du Sénégal​ ​qui​ ​s’est​ ​modernisé​ ​dans​ ​bien des​ ​secteurs​ ​d’activités​

Comment pourrait-on pousser davantage le développement du digital au Sénégal?

Le​ ​développement​ ​des​ ​TIC,​ ​pour​ ​moi,​ passe​ ​d’abord​ ​par​ ​une​ ​politique​ ​sectorielle de​ ​l’État​  pour​ ​le​ ​développement​ ​de​ ​​​l’auto-​entrepreneuriat,​ facteur​ ​de croissance​ ​et​ ​de​ ​progrès​. Il​ ​faut​ ​penser​ ​à​ ​mettre​ ​en​ ​place​ ​des​ ​fonds​ ​de​ ​soutien​ ​à​ ​l’innovation,​ ​mais surtout​ ​inciter​ ​les​ ​organisations​ ​en​ ​charge​ ​de​ ​cette​ ​question​ à​ ​allouer​ ​des financements​ ​aux​ ​personnes​ ​adéquates​.​ ​

L’entrepreneuriat​ ​ne​ ​se​ ​développera pas​ ​si​ ​l’État​ ​ne​ ​facilite​ ​pas​ ​la​ ​tâche​ ​aux​ ​créateurs​ ​d’entreprises. Faites​ ​le​ ​constat,​ ​sur​ ​100​ ​entrepreneurs,​ ​les​ ​70​ ​lâchent​ ​du​ ​lest​ ​après​ ​une​ ​année d’existence​ ​à​ ​cause​ ​des​ ​lourdeurs​ ​administratives,​ ​le​ ​manque​ ​de​ ​soutien​ ​ou​ ​de suivi.

L’autre​ ​problème​ ​réside​ dans l’obtention des marchés pour​ ​les​ ​start- up.​ ​Il​ ​est difficile​ ​pour​ ​un​ ​jeune entrepreneur de​ ​gagner​ ​des​ ​appels​ ​d’offres​ ​publiques.​ ​C’est​ ​ce​ ​qui fait​ ​que les jeunes entreprises finissent par disparaître. Le​ ​marché​ ​local​ ​a​ ​encore​ ​besoin​ ​d’investisseurs​ ​qui​ ​doivent​ ​croire​ ​à​ ​la jeunesse​ ​entrepreneuriale​ ​sénégalaise.

Avez-vous des conseils à donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans le secteur du digital ?

Il faut  ​produire​ ​du contenu​ ​de​ ​qualité,​ monétisable​ ​pour​ ​le​ ​bien​ ​de​ ​leur​ ​carrière.​ ​Il​ ​ne​ ​sert​ ​à​ ​rien d’être​ ​sur​ ​les​ ​réseaux​ ​sociaux​ ​à​ ​ne ​rien​ ​faire.​ ​Pour​ ​moi,​ ​c’est​ ​une​ ​perte​ ​de​ ​temps inutile.​ Les formations telles que digitales actives de google sont très instructives…

Il est important de soigner son​ ​image​ ​sur​ ​internet​​. Quand un blogueur se spécialise dans un domaine, il doit être ouvert d’esprit, consulter ce qui se fait déjà et y consacrer tout son travail​

WRITTEN BY
Yasmine Ngandu
Yasmine Ngandu, community marketer pour MaMaison et Expat-dakar. Passionnée par l’univers des réseaux sociaux, particulièrement le community management et les nouveaux leviers marketing. Véritable produit de la génération "Y", J’arpente le net depuis ses débuts et les médias sociaux depuis 2010…