ringier home icon

Commerce International : La Position du Sénégal

Au lendemain de son accession à l’indépendance, le Sénégal, contrairement à de nombreuses colonies Françaises d’Afrique et d’Asie, bénéficiait d’un certain nombre d’infrastructures relativement modernes et d’un certain niveau d’industrialisation aptes à lui tracer un bel avenir économique. Dès lors, pour le grand intérêt du Sénégal, pour l’édification d’un avenir à l’abri des soucis économiques, s’imposait la grande nécessité d’axer son économie sur les grands domaines d’activité économique à savoir : le commerce, l’agriculture, l’industrie, la pêche et une dynamisation du secteur informel. Avant de plonger au cœur de notre sujet, il convient de poser le cadre naturel de ce pays qui est un de ces avantages majeurs.

Le Sénégal est un pays naturellement avantagé de par sa bonne situation géographique qui lui procure une bonne ouverture aux différents continents, avec ses 700 km de côte aux potentialités multiples, l’abondance des plaines rases favorables à l’agriculture et un bilan hydrique annuel satisfaisant dans son ensemble..

À ces avantages naturels, vient s’ajouter un critère d’excellence dans le bon déroulement des activités économiques : sa stabilité politique qui en fait un pays qui a toujours suscité un intérêt auprès des investisseurs et autres organismes internationaux.

L’ensemble de ces prédispositions, là garantissait à un rayonnement économique pérenne.

Le commerce au Sénégal : déroulement général des activités.

Faire du commerce au Sénégal.
Faire du commerce au Sénégal.

Classé pays pauvre, selon les différents agrégats de mesure de l’indice de la pauvreté des organismes internationaux tels que l’O.N.U, la Banque Mondiale pour ne citer que ceux-là, le marché Sénégalais, renferme tous les critères d’un marché de consommation avec un taux de consommation finale très élevé qui dépasse les 100%.
En effet, le marché sénégalais est très dépendant des produits importés qui d’après de le rapport de l’année 2015 de l’agence nationale de la statistique et de la démographie est d’une hauteur de 3032,9 milliards en 2015 contre seulement 1342,6 milliards de fcfa.
De même, le déficit commercial, enregistré depuis les années 70 à cause du niveau élevé des importations de produits alimentaires et manufacturés, a inévitablement induit un déficit budgétaire qui a indubitablement provoqué le solde négatif de sa balance des paiements dès lors que le flux des capitaux ne suivait pas.
Face à ces déficits budgétaires répétitifs, l’alternative majeure à laquelle fut contraint l’Etat de s’orienter est celui de l’endettement.
Cet endettement à hauteur de sommes estimées à des milliards et des milliards avec une période de paiement étalée sur le long terme, ne cadrait pas avec le niveau des investissements intérieurs qui à l’époque était d’un taux de 15%.
À ce rythme, par quel miracle allait-on donc réussir à combler ce gap ? ce trou béant creusé par la dette extérieure qui était bien partie pour jeter les bases de ce qui paraît de plus en plus comme une dépendance éternelle.
Successivement, la dégringolade n’allait pas en rester là du déficit budgétaire au faible taux d’investissement, jusqu’à arriver au déficit commercial, ce nouveau trajet avait plongé tout le pays dans un futur économique à l’assouvissement incertain.

Le poids de l’agriculture dans le commerce au Sénégal

L'agriculture au Sénégal.
L’agriculture au Sénégal.

Sur une période de 57ans, l’économie sénégalaise peine toujours à s’assumer et à occuper la véritable place de choix qu’elle mérite pleinement dans le commerce international.
L’agriculture au Sénégal, occupe essentiellement plus de 55% de la population Sénégalaise, avec une contribution annuelle de 14% sur le PIB.
Malgré ce chiffre assez élevé, l’agriculture Sénégalaise est caractérisée par une pratique archaïque, purement vivrière et encore inapte à satisfaire la demande locale.
Ce secteur, à lui seul, s’il jouissait d’une bonne organisation dynamique avec ces 6 grandes zones agro-pastorales (la vallée du fleuve, la zone des niayes, la zone sylvo-pastorale, le bassin arachidier, le Casamance et le sénégal orientale “Tambacounda”) aurait pu garantir une grande partie du PIB annuelle, ouvrir au pays les voies de l’exportation et mieux encore, contribuer efficacement à lutter contre le fléau du chômage du taux de chômage élevé…

Les activités industrielles au Sénégal

Les activités industrielles au Sénégal
Les activités industrielles au Sénégal

Secteur avec plus de 36% des actifs du pays, constitue un des leviers majeurs dans l’édification des stratégies pour l’atteinte des objectifs de développement durable.
Cependant, malgré une forte implantation des industries qui laisse voir un nombre de 1270 entreprises au total, on constate la prédominance de l’industrie de transformation des produits agricoles et des manufactures qui représente 81% du secteur.
En réalité, cette supposée prédominance n’est pas un fait nouveau car même du temps de la colonisation, les produits agricoles jouaient un grand rôle sur l’orientation des puissances impérialistes vers le Sénégal. En ce sens, l’arachide, le mil, sel et quelques rares produits de subsistance alimentaient bien cette chaîne.
Aujourd’hui plus que jamais à l’heure où les terres favorables à la culture sont de plus abondantes, il convient de combler ce gap par une harmonisation entre la production agricole locale et la demande de l’industrie de transformation en place mais aussi, de penser à mettre en place les toute la législation idoine.
En somme, la faiblesse des investissements dans le secteur industriel, l’incapacité d’une agricole tributaire des aléas économiques à combler les besoins industriels, expliquent largement, à elles seules, la faible progression de la croissance économique du sénégal et sa place d’acteur dynamique quasi inexistante dans le commerce international.
De nos jours, il devient de plus en plus crucial que de prendre conscience des changements qui interviennent de manière continue dans le cadre de déroulement global des activités économiques.
Au 18ème siècle, c’était l’industrialisation massive des pays d’occident ensuite la machinisation puis la mécanique à grande vitesse aujourd’hui c’est le digital.
Désormais, ’internet a induit une dynamique nouvelle dans le commerce international et multiplier pour vous les possibilités de faire de bonnes affaires.
C’est en ce sens, qu’ Expat-Dakar vous donne aujourd’hui la possibilité d’élargir votre clientèle, quel que soit votre domaine ou secteur d’activité, créer un compte sur notre plateforme et faites vous directement voir en postant vos annonces dans nos différentes catégories que nous mettons à votre disposition.

Source:

ANSD : Agence Nationale de la statistique et de la démographie.

WRITTEN BY
Mohamed Fall
Mohamed Fall est un jeune blogueur professionnel qui a fait ses études supérieures à l’Ufr Crac de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Exerce en tant blogueur pour Expat-Dakar et spécialiste de l’immobilier au Sénégal pour MaMamaison.sn.