Le Ngalakh, le Plat d’Union de la Fête de Pâques

  | 3 min read
0
Comments
477
Le Ngalakh, Symbole du Dialogue Islamo-Chretien

Au Sénégal, si le poulet est à l’honneur pour la Korité (Aïd El Fitr), le mouton pour la tabaski (Aïd El Kebir) et le couscous pour la Tamkharit (Achoura), l’usage voudrait que les chrétiens concoctent du “Ngalakh” pour marquer le début des fêtes de Pâques et la fin du carême.

La symbiose autour de la Pâques

Le Sénégal est un pays laïc où chrétiens et musulmans vivent en parfait communion. Dans un pays qui compte 5% de chrétiens et 94% de musulmans, les fêtes religieuses sont les moments choisis pour magnifier cette valeur culturelle et historique.

Le «Ngalakh» et la viande de mouton offerts à l’issue respectivement de la fête de Pâques et de la Tabaski, sont un des échanges qui marquent la fraternité entre les deux religions. C’est l’occasion pour tous les sénégalais, de se réunir entre voisins, avec des amis ou encore en famille pour passer des moments agréables. Les familles chrétiennes préparent des quantités importantes de Ngalakh au cours du vendredi et du samedi précédant le dimanche de Pâques pour en offrir à leurs voisins et à leurs invités.

Par ailleurs, les familles chrétiennes cuisinent souvent deux plats, lorsqu’elles invitent des familles musulmanes à partager leur repas de fête ; si le plat principal est à base de porc, il est accompagné d’un plat de poulet pour les invités.

Comme au moment de Noël, ceux qui ont le plus de moyens achètent de nouvelles tenues pour assister à la messe pascale.

Il y a certes des diversités ethniques ou culturelles qui peuvent se remarquer, par contre, il est très difficile de distinguer un chrétien d’un musulman au Sénégal.

Recette du Ngalakh

Comment faire du Ngalakh
Comment faire du Ngalakh

Ingrédients :

  • 750 g de Karaw (couscous de mil) cuit à la vapeur
  • 375 g de pâte d’arachide
  • 1 kg de bouye
  • 500 g de sucre
  • 2,5 L d’eau
  • essence de vanille
  • Muscade
  • 60 g de raisins secs
  • Fleur d’oranger
  • 40 g de beurre

​Préparation:

Tremper le bouye dans l’eau pendant 2 à 3 heures, jusqu’à la partie blanche se détache des noyaux;

Faire cuire le Karaw à la vapeur;

Fouettez le bouye jusqu’à obtenir un liquide beige épais;

Passer ce liquide au tamis pour enlever les fils et noyaux;

Mélanger à la pâte d’arachide puis passer au tamis;

Ajouter le sucre et les épices. Mélanger et réserver au frais 1 heure.

Ajouter les raisins, un sucre et le beurre au couscous. Mélanger;

Verser la préparation de bouye et d’arachide au couscous.

Yasmine Ngandu
Yasmine Ngandu, community marketer pour MaMaison et Expat-dakar. Passionnée par l’univers des réseaux sociaux, particulièrement le community management et les nouveaux leviers marketing. Véritable produit de la génération "Y", J’arpente le net depuis ses débuts et les médias sociaux depuis 2010…
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here